Le coworking : les avantages du télétravail sans les inconvénients

La crise sanitaire a permis à beaucoup de salariés de bénéficier du principal avantage du travail à domicile : la suppression du trajet jusqu’à leur entreprise. Mais sur le long terme, le manque de liens professionnels physiques a des conséquences sur leur moral et leur performance. C’est pourquoi ils sont nombreux à souhaiter un retour au bureau tout en ayant recours, même ponctuellement, au télétravail.

Comment les entreprises peuvent-elles intégrer l’expérience du home office dans leurs nouvelles organisations ? Quels espaces peuvent-elles choisir pour répondre aux besoins de leurs collaborateurs, et futures recrues, souhaitant une réduction du temps de trajet, voire une certaine flexibilité entre présentiel et télétravail, tout en ayant le sentiment de faire partie d’une communauté professionnelle ? 

Et si le compromis idéal des bureaux de demain était le coworking ?

Le home office : attention aux inconvénients

Depuis plus d’un an, nous avons tous, à des degrés divers, subi les désagréments du home office  (travail à domicile) : 

– une connexion internet pas toujours optimale ; 

– une gestion de l’espace parfois compliquée avec notre salon qui se transforme en annexe de bureau, voire en open space à partager… avec le reste de la famille ! 

– une coupure difficile entre vie pro et vie perso. Pourtant au début, c’était chouette cette suppression des trajets domicile-lieu de travail : on pouvait dormir un peu plus, on s’évitait le stress et les galères de transports, etc. Jusqu’au jour où l’on a commencé à le regretter ce fameux trajet qui offrait une coupure entre vie professionnelle et vie personnelle : tel un sas de décompression, on pouvait en profiter pour lire, écouter de la musique, échanger des messages, rêver même, etc. Bref, c’était un petit moment à soi avant de commencer une autre partie de la journée ; 

– une charge de travail plus intense et des risques de burn-out : en télétravail, un salarié a tendance à commencer son activité professionnelle plus tôt et à finir sa journée plus tard. Il travaille en moyenne 45 minutes de plus par jour et il aurait même tendance à se surinvestir. Travailler chez soi peut donc conduire à l’épuisement d’autant que la limite entre vie professionnelle et vie personnelle est plus mince et que les salariés se sentent sous la pression de devoir prouver leur efficacité ;  

– des répercussions importantes sur la santé : l’inadaptation ou la mauvaise ergonomie du matériel dans un bureau à domicile peuvent engendrer des problèmes physiques (maux de dos, par exemple). 

– des problèmes psychosociaux importants ont été également constatés et dont les facteurs sont nombreux : manque de limite entre vie professionnelle et privée ; stress lié à des objectifs plus élevés et à un rythme de travail plus soutenu ; manque de relations professionnelles physiques qui engendre un certain isolement, car n’oublions pas que le travail est un vecteur de socialisation.

– le home office peut être un frein  à la créativité : pas facile de faire émerger de nouvelles idées, voire de rester concentré et motivé quand on travaille à la maison cinq jours par semaine, sans être en interactivité avec les autres. Travailler chez soi réduit donc les occasions de rencontres et d’échanges, ces moments qui favorisent la sérendipité et donc la créativité. 

Pour bien travailler en home office, il faut donc disposer d’un cadre de travail où l’on puisse installer un bureau et tout ce dont on a besoin pour mener à bien notre mission. Il faut aussi s’accorder des pauses et veiller à préserver sa vie privée en favorisant la déconnexion. Mais sur le long terme, l’expérience télétravail peut s’avérer négative surtout si elle n’est pas complétée par une activité en présentiel.

Le télétravail a changé les règles du jeu

Tous les sondages s’accordent sur ce point : une majorité des salariés (qu’ils soient cadres ou non) ayant expérimenté le home office pendant la crise sanitaire souhaiteraient poursuivre l’expérience du télétravail deux à trois jours par semaine : 86 % souhaiteraient continuer à télétravailler, selon le dernier baromètre annuel sur le télétravail publié par Malakoff Humanis*. 

En effet, ils aimeraient une certaine flexibilité dans l’organisation de leur emploi du temps professionnel, afin de réduire leur temps de trajet hebdomadaire : les salariés ayant le moins de trajet se disent plus heureux et cela a des effets positifs sur leur vie personnelle, mais aussi sur leur performance ; c’est aussi une économie de frais de transport non négligeable sur leur pouvoir d’achat. 

De plus, le fait de pouvoir télétravailler deux jours par semaine, par exemple, serait perçu comme un gage de confiance de la part de leur manager. Et ce sentiment de confiance ne doit pas être négligé, car il favorise leur engagement vis-à-vis de leur entreprise. 

En complément du travail à domicile, les salariés souhaiteraient retourner au bureau quelques jours par semaine afin d’échapper au risque d’isolement et parce que travailler en équipe favorise la créativité. Finalement, la crise sanitaire a agi comme un révélateur : nous avons besoin de liens ; faire partie d’une communauté professionnelle donne du sens à notre travail et nous inscrit dans un projet commun.Et du côté des entreprises, qu’en est-il ? Comment les dirigeants peuvent repenser leurs stratégies concernant l’organisation du travail de leurs employés ? Il y a une certitude : elles vont devoir intégrer la carte du home office dans leur nouvelle organisation du travail.

La crise sanitaire a donc été un accélérateur de prises de conscience, de décisions et de problématiques. Elle a chamboulé et remis en perspective l’organisation du travail

Plusieurs personnes travaillent avec un masque chirurgical

Des bureaux dans un espace de coworking : les avantages du home office sans les inconvénients 

Opter pour la location de bureaux dans un espace de coworking n’est pas nouveau. Le principe est de louer un espace (un ou des bureaux, voire une salle) de travail commun pour quelques jours, mois ou de manière plus permanente.

Ainsi, dans un même espace sont mis à disposition des bureaux privatifs, des espaces de travail partagés ou des salles de réunion, etc. Certains lieux de coworking proposent même des services utiles et organisent même des événements (conférences, etc.) favorisant les rencontres et les échanges.

Reste à l’entreprise (start-up, PME, etc.) de choisir la formule qui lui conviendra le mieux à sa taille et ses besoins afin que son espace de travail se transforme en levier de productivité. 

Le maître-mot de ces espaces de coworking étant « flexibilité », cette solution est source de nombreux bénéfices pour les entreprises qui peuvent ainsi :  

– optimiser leur espace immobilier et faire des économies ; 

– s’installer dans un lieu déjà équipé : téléphone, connexion internet, etc.

– profiter de services mis à disposition : accueil physique et téléphonique des clients, gestion de courrier, entretien des locaux, etc. ;

– adapter leurs surfaces de travail au nomadisme des salariés, aux besoins fluctuants de l’entreprise, aux restrictions sanitaires et surtout face à l’incertitude de l’avenir ; – avoir accès à des espaces de socialisation grâce aux bureaux partagés et aux événements proposés par les espaces de coworking, etc.

Pour en savoir plus sur les espaces de coworking, voir notre billet « Louer des bureaux flexibles : une stratégie gagnante pour les entreprises et entrepreneurs ».

Travailler demain : l’heure du compromis

En tirant les points positifs de l’expérience du home office (travail à domicile) et en ne négligeant pas les points forts du travail effectué en présentiel, les entreprises (quelle que soit leur taille) vont pouvoir revoir efficacement leurs organisations et trouver des synergies entre ces deux modes de fonctionnement. Par exemple, les grandes entreprises pourraient proposer à leurs collaborateurs du télétravail deux jours par semaine dans un tiers lieu proche de leur domicile et du travail en présentiel dans les locaux de l’entreprise les trois autres jours. Quant aux petites entreprises, elles pourraient mettre en place du télétravail à domicile et proposer un espace de coworking à ses collaborateurs pour les jours où ils souhaiteraient se retrouver. 

Certes, cela va demander à tous de revoir leur organisation et un accompagnement qui, selon les structures, sera plus ou moins simple à mettre en place, mais il en va de l’efficacité des collaborateurs, de leur épanouissement même, et donc de la performance de l’entreprise. 

C’est dans le meilleur compromis possible, aussi bien pour l’entreprise que pour ses collaborateurs, que se dessine l’avenir du bureau.

*https://newsroom.malakoffhumanis.com/assets/barometre-annuel-teletravail-malakoff-humanis-2021-a76c-63a59.html?lang=fr

Partager ce post

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email